La Plume d’érable

L’âme de l’Enfer

L'âme de l'Enfer revisite le mythe d'Hadès et Perséphone

J’ai eu la chance de pré-commander L’âme de l’Enfer, un roman illustré de chez Glorianna Editions de Westley Diguet et Alexandra V. Bach. J’ai eu un coup de foudre pour la couverture de ce mythe revisité. J’ai donc reçu mon exemplaire dédicacé par l’auteur et l’illustratrice ainsi qu’une affiche de la couverture. Malheureusement, l’éditeur m’a annoncé qu’à la suite d’une erreur à l’imprimerie, mon exemplaire n’était pas la version définitive du texte. Je ne peux donc pas m’exprimer sur la forme du texte. Je remercie Glorianna de nous avoir avertis et de nous avoir offert un ebook de notre choix en dédommagement.

L’âme de l’Enfer

L'âme de l'Enfer revisite le mythe d'Hadès et PerséphoneAuteur: Westley Diguet

Illustratrice: Alexandre V. Bach

Editeur: Glorianna Editions

Nombre de pages: 115

Résumé de l’éditeur

Il est le dieu des Enfers. Redouté des Hommes. Honni par les siens.
Au fond de son cœur continue de brûler le désir ardent d’être enfin heureux malgré la tâche qui lui a été dévolue.
Hadès n’a pas souhaité régner sur les âmes des mortels. Cependant, rien ne l’empêchera de choisir sa reine. Quand bien même cela déchaînerait les puissances des dieux de l’Olympe.
Découvrez le mythe légendaire de Perséphone et son dieu des Enfers dans un récit inédit illustré par Alexandra V Bach.

Mon avis

J’aime beaucoup les contes/ mythes revisités, c’est pourquoi j’ai acheté L’âme de l’Enfer, je voulais voir ce qu’on pouvait faire du mythe d’Hadès et Perséphone. Westley a choisi de centrer son récit sur le personnage d’Hadès, roi des Enfers. Au lieu du personnage froid et sans cœur de la mythologie, le dieu des Enfers apparaît ici comme un être en quête de son âme sœur. Contraint par Zeus à régner sur ce lieu de désolation, il n’aspire qu’à trouver un peu de bonheur auprès d’une femme. Hadès devient ainsi une sorte de héros romantique que l’amour de Perséphone va transformer.

Mais comme tous les dieux, Hadès prend ce qu’il désire sans demander. C’est un aspect qui m’a un peu dérangé. Au départ, Perséphone n’est pas consentante, elle est prisonnière d’Hadès. Le mythe originel est dans ce cas respecté mais, à aucun moment il n’est décrit comme un personnage romantique.

Néanmoins, le roman est court et ne permet pas d’entrer trop profondément dans la psychologie des personnages. Les sentiments de Perséphone sont à peine évoqués pour ne se concentrer que sur Hadès.

Les illustrations d’Alexandra V. Bach sont absolument superbes ! Rien que pour ça, le livre vaut le coup d’être acheté. L’atmosphère sombre et romantique colle au récit de Westley Diguet.

En résumé, L’âme de l’Enfer est une jolie ré-écriture du mythe de Perséphone. Elle a le mérite de montrer Hadès sous un autre jour. Mais ce que j’ai apprécié le plus sont les illustrations. Elles sont magnifiques et collent parfaitement à l’ambiance un peu gothique du récit. Au final, c’est donc une lecture agréable mais sans plus.

1 thought on “L’âme de l’Enfer

Mettez votre grain de sel

%d blogueurs aiment cette page :