"7 questions à ..." La planète livres

« 7 questions à Reines de Coeur »

J’ai découvert les éditions Reines de Coeur sur le site de SimPlement.Pro. Cette jeune maison d’éditions de littérature lesbienne propose une littérature différente qui m’a séduite.

Question 1 : Comment est née votre maison d’édition ?

R : L’idée de créer notre maison d’édition est née en 2014 alors que nous étions des collègues et amies qui travaillaient sur le site lesbien www.univers-l.com. Nous ne pouvions que faire le constat de notre déception en tant que lectrices : il n’y avait pas de romans F/F qui nous satisfaisaient ou qui nous correspondaient. En tout cas, si offre il y avait, elle était extrêmement faible. Puisqu’on travaillait à la fois dans le milieu lesbien et dans le domaine de l’Édition, on a décidé qu’au lieu de se plaindre, on allait plutôt retrousser nos manches et créer ce qu’il nous manquait ! On a travaillé un an sur le projet en arrière-plan avant que Reines de cœur puisse officiellement naitre en été 2015. La réception a largement dépassé nos espérances et force a été de constater que nous n’étions pas les seules à vouloir plus de romance F/F ! Très vite, une base de lectrices et de fans s’est rassemblée autour de nous et nous a soutenues en nous confirmant qu’il fallait qu’on continue dans cette direction !

 

Question 2 : Quelle est votre philosophie en tant qu’éditeur ?

R : On essaie de mettre plusieurs choses en avant, mais s’il y a un aspect qui nous définit en tant qu’éditrices, ce serait surtout nos valeurs : on accorde une place importante à l’éthique, à l’écoute, à la compréhension. Nous sommes trois amies qui avons décidé de s’associer, et c’est certainement ce qui confère cette dimension familiale aux rapports que nous entretenons avec nos romancières et nos lectrices/lecteurs. Ça paraîtra surement un peu niais, mais on met beaucoup d’amour et de temps dans ce que nous faisons et nous sommes assez perfectionnistes. À cote de cela, nous avons une ligne éditoriale assez simple : nous publions de la romance entre femmes et mettons un point d’honneur à ce que la représentation de cet amour soit positive. Le but est de prodiguer des émotions tout au long de la lecture et que la lectrice/lecteur ait le sourire quand l’histoire se termine. Ou alors… qu’elle/il n’ait pas le sourire parce qu’elle/il aurait aimé que l’histoire continue pendant encore longtemps (rires).

 

Question 3 : Connaissiez-vous ce milieu avant de vous lancer ?

R : Isabelle est officiellement active dans le milieu lesbien depuis 2005, année où elle a créé le site internet www.univers-l.com. Gaëlle et Edwine et bien d’autres bénévoles ont rejoint ensuite son équipe pour l’aider dans cette tâche monumentale qu’est la création et l’analyse d’une base de données exhaustive sur la représentation de l’homosexualité féminine dans les médias. Univers-L, c’est actuellement 385 livres lesbiens en langue française référencés et analysés, et plus de 6000 articles rédigés par les membres de l’équipe, autant vous dire que ça nous donne une petite idée de ce qu’est le milieu lesbien francophone (rires).

 

Question 4 : Le livre numérique, pour ou contre ? Et à quel prix ?

R : Complètement pour ! Le livre numérique répond a des besoins et a des habitudes de consommation différents, et de notre point de vue, il n’entre donc pas en concurrence avec le livre papier. Au début, nous nous sommes lancées en étant uniquement une maison d’Édition numérique, et petit à petit, afin de répondre à la demande et parce que nous aussi nous aimons les belles bibliothèques aux étagères débordantes d’ouvrages, nous avons offert certains de nos titres en papier. L’objectif à terme pour nous est d’offrir tous nos romans à la fois en papier et en numérique, pour pouvoir toucher un plus grand nombre de lectrices et continuer notre projet de représentation positive de l’amour entre femmes dans les médias et dans la littérature. On peut d’ores et déjà vous dire que c’est bien engagé pour 2018 (rires). Cela dit, il est important que vous sachiez qu’il est plus facile de publier et de prendre des risques sur des projets innovants avec le livre numérique, et si vous vous rendez sur notre boutique, vous trouverez des nouvelles n’existant qu’au format numérique et qui ne dépassent pas les 3 euros 50. Il y en actuellement 17 et ces histoires représentent toutes au moins deux heures de lecture, ça n’aurait jamais été possible d’offrir ce genre de prix abordables et de publier tous ces textes si on n’avait travaillé que sur du format papier. Vous voyez, c’est comme on vous le disait, les deux formats correspondent à des schémas et besoins différents, mais nous sommes très heureuses de l’essor du livre numérique !

Si le débat sur les livres numériques et les livres papier vous intéresse (qui devient trop souvent, malheureusement, un débat des livres numériques contre les livres papier, ce que nous nous refusons de faire), vous pouvez lire des articles à ce propos sur notre blog ici et .

 

Question 5 : Que pensez-vous du phénomène de l’autoédition ?

R : Nous pensons que ça a des côtés positifs et négatifs. Nous sommes évidemment contentes de voir que l’autoédition permet à des écrivains de partager leurs récits plus facilement, surtout pour certaines « niches » comme la littérature FxF pour laquelle les éditeurs ont toujours été frileux. En revanche, écrire est un métier à part entière, et cela ne s’arrête malheureusement pas quand on a mis un point final à une histoire et qu’on a achevé un manuscrit. Il y a en effet beaucoup d’étapes qui entrent en compte avant une publication : cela nécessite de prendre du recul, beaucoup de retravail et d’éditions. Il faut aussi des avis de personnes extérieures, et concernant la promotion et la distribution, il faut également des compétences en marketing et des relations. Chez Reines de cœur, nous sommes trois professionnelles avec de l’expérience, chacune de nous travaille systématiquement sur chaque nouveau roman et nous consultons aussi des lectrices en addition de notre travail. La conclusion à tirer serait qu’il n’est pas impossible qu’un autoédité puisse atteindre tout seul ce degré de compétence et de recul, mais qu’à notre avis, les personnes réellement capables de mener seules ce process de bout à bout sont extrêmement rares. Il y a beaucoup d’appelés pour peu d’élus.

En définitive, l’un des risques majeurs de l’autoédition pour un lecteur est d’être déçu par son achat, car la qualité ne sera peut-être pas au rendez-vous, mais nous ne considérons pas cela comme une chose si grave pour peu que la personne autoéditée soit honnête sur sa démarche et que le lecteur soit avisé avant de faire son choix.

 

Question 6 : Le coup de cœur de votre catalogue ?

R : Nous ne publions que des livres coup de cœur ! Plus sérieusement, c’est impossible de répondre à cette question. C’est un peu comme si vous demandiez à une mère quel est son enfant préféré !

Pour faire votre choix dans notre catalogue, vous pouvez d’abord faire le tri entre livre papier ou numérique (comme dit précédemment, il y a plus de choix côté numérique avec les nouvelles et leur format plus court). Ensuite, vous pouvez vous fier aux avis ou encore aux différentes collections (Romance, Science-fiction, Fantastique, et même Thriller à venir prochainement !). Enfin, pour vous assurer de faire le bon choix, vous pouvez lire gratuitement le début de chaque histoire afin de vous décider !

 

Question 7 : Quelle est votre actualité ?

R : Nous venons d’imprimer au format papier le roman « Seconde chance » de Marie Parson qui est l’un de nos best-sellers depuis 2015. Début février, nous allons sortir le très attendu second roman de Clémence Albérie, « Quand tombent les masques », différentes séances de dédicaces seront ensuite prévues avec Clémence, les dates seront annoncées sur nos réseaux sociaux. Ensuite, nous aurons au moins une publication par mois jusqu’à l’été, notamment « Anveshan », le premier roman de SF FxF de la prolifique Sylvie Géroux et bien d’autres. Le 1er juillet, nous serons au Salon du livre lesbien de Paris avec 6 de nos auteures en dédicace pour une journée de rencontres ! Autrement dit, le programme s’annonce bien rempli !

Vous aimerez aussi

Mettez votre grain de sel

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.